auteurs

protagonistes et auteurs


mary chebbah, http://marychebbah-creations.blogspot.com/
croisant une formation en danse (CNSMD-Lyon) et un cursus universitaire en histoire de l’art/archéologie mais aussi en sociologie/anthropologie de la culture (M1-2, et DU civilisation arabe), elle réalise depuis plusieurs années un travail autour des corps, des mots, de l’image ou de l’accompagnement dramaturgique scénique. Ainsi, elle réalise de nombreuses collaborations (avec entre autres Maguy Marin, Denis Mariotte, le collectif des soucieux de ramdam, l’ALS_Céclie Laloy, Wagons libres _Sandra Iché, Arrangement provisoire_Jordi Galí, ou Lieues qu’elle co-élabore depuis 2010,...). Depuis 2005, elle confectionne des objets philographiques (édités ou montés en vidéo), et mène diverses expériences éditoriales, en co-fondant rodéo, revue croisant littérature, poésie, réflexions, images, sons... (4 n° parus 2013-16), mais aussi en participant à certains n° de la revue Incise (2015-17) comme au projet de recherche Archéologie sauvage des gestes du solo de l’Élue. Palimpseste d’une interprétation, mené avec Aurore Després et Julie Salgues. Enfin, elle lance en 2016, le projet éditorial collection dançer. Par ailleurs, elle mène des actions pédagogiques et de sensibiliation auprès d’étudiants, d’artistes mais également d’enfants (Lieues, Subsistances, Science Po Lyon, EAC Lyon,...) - interventions pédagogiques réalisées en rebond à son expérience de co-élaboration de la L3 De l’interprète à l’auteur (montée en partenariat avec l’univ. Lyon 2 et le CCN de Rillieux-la-Pape de 2007 à 2011). Enfin, elle initie collection dançer en 2016, et crée en 2018 A contrario v.1 et De pas en pas. Et prépare dans ce cadre : la bibelothèque de la danse, A contrario v.2.

°


bérengère valour, formée à en danse au CNSMD-Lyon auprès d’Anne Martin, elle danse, dès la fin de son cursus, aux côtés de divers artistes (Cie Anou Skan, Jérôme Deschamps et Macha Makeieff, Clint Lutes/Berlin). Elle fait également partie du collectif BWE (installation/performance/vidéo) créé avec Valerio Murat et Riikka Kosola en 2007. Elle réalise parallèlement des pièces chorégraphique : “.-..” avec le clarinettiste Joris Ruhl (2009), Le vœu d’Elias avec la danseuse Riikka Kosola (2011), et Entformen avec le danseur Adriano Coletta (2013). En 2014/15, elle crée Métamorphoses, projet in situ (journées du Patrimoine 2014) ainsi que Omzo-Mozo avec Jeanne Vallauri, pièce pour les enfants qui trouvera son prolongement également en 2019 dans une autre création jeune public. L’importance dans son parcours du partage, de l’échange et de la pédagogie la conduit à faire partie du programme Enfance Art et Langage de Lyon (Résidence d’artiste à l’école maternelle-Lyon de 2008 à 2011), mais aussi avec celui du centre Rezodanse à Alexandrie (en partenariat avec l’Institut Français), où elle réalise divers temps de formation professionnelle destinée aux jeunes danseurs et/ou enseignants alexandrins (2011, 2017...2019). Par ailleurs, depuis 2013, elle réalise des actions pédagogiques créatives pour les enfants, aussi bien à lieues, au CCN de Rillieux-la-Pape (dir. Y. Pick), dans divers écoles ou projets scéniques sollicitant des enfants qu’au sein du centre de rééducation pédiatrique Romans-Ferrari (Miribel). Enfin, membre fondateur de l’Association Mâ depuis 2007, elle co-fonde et co-élabore lieues, où s’invente des temps de pratiques, de rencontres et d’échanges depuis 2010. Et porte aux côtés de mary chebbah, collection dançer en élaborant de nombreux contenus et propositions.


°


jeanne vallauri, née en 1974, elle se forme à la danse contemporaine à Aix-en-Provence avec la chorégraphe Josette Baïz, dont elle sera interprète et assistante de 1981 à 1998. Stimulée également par les arts plastiques, en particulier la photographie, elle étudie également aux Beaux-Arts de Marseille de 1992 à 1995 Elle danse comme interprète dans différentes cies dont celles d’Ex-nihilo (danse/rue) de 1999 à 2002, de Michel Kelemenis de 1998 à 2000, de Robert Seyfried  de 2001 à 2002 ou encore de George Appaix en 2003 avec la création M encore. De 2003 à 2014, elle est danseuse permanente de la Cie Maguy Marin au CCN de Rillieux-la-Pape, et participe aux créations d’Umwelt, Ha ! Ha !, Turba, Description d’un combat, Salves, et danse régulièrement la pièce de répertoire May B. Parallèlement, depuis plus de vingt ans, elle enseigne la danse à tous les niveaux (danseurs professionnels et amateurs, enseignants, lycéens, enfants) dans différentes structures et pays. Tout au long de son parcours, elle poursuit sa formation : en danse classique avec Norio Yoshida, en contemporain avec Karin Vyncke, Odile Duboc, Boris Charmatz, Chrysa Parkinson, Julyen Hamilton, Mark Tompkins , David Zambrano, et en chant avec Emmanuel Robin.  Depuis 2014, elle partie de l’équipe de lieues à  Lyon. Espace de création, de recherche et de partage d’outils autogéré, animé par un collectif de réflexion et de pratiques artistiques pluridisciplinaires. En 2015, elle créé Omzo_Mozo, avec sa partenaire de jeu Bérengère Valour, fantaisie chorégraphique destinée au jeune public. Création actuellement en tournée dans différents lieux. Enfin, actuellement, elle travaille aux côtés de Jordi Galí (Maibaum et Orbes création 2018), Phia Ménard (Belles d’hier, Saison Sèche) et le Théâtre dromesko (Dur désir de durer). Et porte aux côtés de mary chebbah et bérengère valour, collection dançer en accompagnant et créant certains ouvrages (en cours le code de la danse).


°


sandra pasini, après un parcours naviguant entre l’Histoire de l’art, la médiation culturelle, le jeu (d’acteur), elle se tourne progressivement vers la création graphique. Ainsi, avec deux amies, elle fonde le collectif despetitspois (www.despetitspois.net) qui produit essentiellement des objets imprimés pour le monde institutionnel mais aussi ceux de la pré-presse ou de l’art et de la littérature. Depuis 2008, elle travaille pour Picard-Actes Sud, maison spécialisée en archéologie, architecture et histoire de l’art, beaux-livres et manuels d’érudition. Elle porte la direction et la réalisation artistique des ouvrages (Viollet-le-Duc, Sculpture romane du Poitou, L’architecture grecque, La pierre et l’image, Paysages dans la peinture romaine...), des catalogues (catalogues des éditions, catalogues “livre ancien“ pour le Grand Palais), des couvertures. Depuis 2012, elle co-confectionne la revue rodéo, revue portée par un collectif d’artistes, croisant littérature, dessin, photographie, philosophie, entretiens et autres tentatives artistiques et questionnements critiques. Depuis 2013, elle réalise un travail de conception graphique pour la 
jeune maison d’édition, Trente-trois morceaux (Lyon), structure d’édition de littérature et d’art, tournée vers la création contemporaine, la traduction et la réédition, en vue de constituer u constellation d’œuvres autonomes mais se faisant écho. Enfin, elle mène un travail d’édition pour différents artistes dont Lénaïg Le Touze, Christine Ferrer, Guillaume Robert … Elle aime penser les livres comme des terrains d’investigations esthétiques et spatiales, et comme expérience de partage avec les auteurs qu’elle rencontre. Elle exerce son métier à l’atelier du Bocal à Lyon (galerie d’illustration et d’arts graphiques). Et porte aux côtés de mary chebbah, bérengère valour et jeanne vallauri, collection dançer en oeuvrant à la confection graphique mais aussi à la création de certains ouvrages en cours.



°°
auteurs invités
daphne koutsafti, grecque d’origine, elle vit et travaille en France depuis 2006. Formée en danse à Athènes puis en France (RIDC/Paris et De l’interprète à l’auteur au CCN de Rillieux-la-Pape), elle étudie également au Lycée Allemand d’Athènes (Deutsche Schule Athen) jusqu’en 2004 puis entreprend des études de Langue et Littérature allemande à l’Université d’Athènes. Elle œuvre comme interprète dans les pièces chorégraphiques de Lee Breuer et Eva Stefani en Grèce, joue également dans différents films Stakaman (long métrage, 2000), ou Les secrets de la ville (court métrage, 2001). De 2012 à 2018, elle est interprète dans la Compagnie Maguy Marin où elle reprend Salves, May B, Umwelt et participe aux créations de Nocturnes et BIT. Elle collabore également avec Alexandre Roccoli dans le spectacle Weaver Quintet, et avec Bahar Temiz pour Zee. Dernièrement, elle joue dans la création théâtrale de Joachim Latarjet, Elle voulait mourir et aller à Paris (2018). Par ailleurs, elle crée un premier court métrage, Rasova, qui participe au 5ème International Dance Film Festival de Bruxelles, et réalise des dessins autour de personnages dansant (ou non) dont certains voient le jour dans De pas en pas, livre de la collection dançer (mai 2018).
°




odette lelon, après un cursus universitaire en archéologie et autour des civilisations méditerrannéennes anciennes et arabe, elle mène un parcours autour des sciences des humanités et de nombreux séjours en Afrique du nord où elle développe une recherche sur les corps, le péril et l’injonction. Réalise dans ce cadre, depuis de nombreuses années, des écrits comme des objets de recherche croisant archives historiques et/ou photographiques, images et pensées. En 2011, elle rencontre Mary Chebbah avec qui elle collabore entre autres sein de la revue rodéo, où seront publiés : Vous avez des tracts sous votre capuche ? mais aussi Missives, États communs, dansser_dançer ou Plaît-il !?. Collaboration qui se poursuit au sein de collection dançer autour d’un travail d’archives créatives autour de la danse.

mais aussi

melina faka (artiste - arts plastiques, mise en espace, design et danse) http://melinafaka.com/
anna massoni (artiste - danse), antoine roux-briffaud (artiste - danse),  marie-lise naud (artiste - danse), marie papon (artiste - danse), corinne garcia (artiste - danse - feldenkrais), geneviève reynaud (artiste - danse - notation) ...